Une impression d’un visiteur de l’exposition au Prieuré

Une jeune femme  à été impressionné par « les voyageurs » , un travail remarquable de Chantal.

 » Le les ai vu.   Ils passaient les uns derrière les autres, leurs pieds nus si solides, silencieux et pourtant, j’ai entendu ce que leurs coeurs disaient: – nous sommes ceux qui savent que ces temps demandent que la vie soit célébrée à sa hauteur, que l nature soit préservée, et nous aussi car comme vous nous sommes rares et accomplis. Nous allons moins de cela, c’est cela qui nous guide, cette boussole intérieure qui jamais ne faillit-.

Bien sur que Chantal Lozach’meur est celle qui les a saisi dans son argile, chaque visage est apparu different et pourtant leur corps, leur densité les montre issus d’un même lignage d’êtres des bois et des forets.

Les artistes savent écouter et voir parfois, mais surtout recevoir pour faire passer ce qui se dit sans mot apparent, on ne peut douter du message en les voyant ces voyageurs d’un autre temps.

Comme là au Prieuré, ils se sont arrêtés, ralentis si non suspendus dans leur élan d’avancer , chaque présence enracinée, mémorable on sent dans leurs ventres, meurs poitrines ce qui les pousse en avant. L’espace qui existe entre eux est rempli de ce qui impose, comme un respect de ce qui ce perçoit invisible.

Toute dans leur contemplation j’ai fait venir du bruit de l’eau qui coule rafraîchissante, je voulais qu’ils trempent leurs pieds poussiéreux, qu’ils boivent, que les enfants descendent de leur dos pour se baigner et rire, qu’ils s’éparpillent un moment et que la vie les habite de nouveau. C’était bon. J’ai regardé de nouveau et ils s’étaient remis en marche.  Ils vont vers l’avenir un pas après l’autre, décidés et bienveillants. Je sais que j’ai de la chance de les avoir passer ».